RGPD et Emailing : le consentement de vos utilisateurs est clé

Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi européenne sur la protection des données (LPD) le 25 juin 2010, l’UE dispose d’une nouvelle loi sur la protection des données. Mai 2018, il est temps pour les spécialistes du marketing par courriel de s’assurer que leurs campagnes sont conformes.

Mais qu’est-ce que le WGPD ?

Le changement le plus important que le GDPR apporte aux professionnels de l’e-marketing est la manière dont le consentement est traité, notamment la manière dont il est collecté et stocké.

Le GDPR renouvelle les droits des citoyens européens en matière de données personnelles, ce qui signifie que la manière dont votre marque a demandé le consentement des utilisateurs dans le passé pourrait ne plus être adéquate après mai 2018.

Le GDPR va au-delà du consentement requis par la directive européenne sur la protection des données, qui s’applique actuellement dans toute l’UE.

Le nouveau règlement exige que les marques obtiennent un consentement confirmé, libre, spécifique, clair et sans ambiguïté afin de se conformer au règlement.

Voici 5 éléments à prendre en compte pour l’approbation de vos clients.

  1. Le consentement doit être donné par une action affirmative, et non par des cases pré-cochées.
  2. Dans le cadre du GDPR, séparez les demandes d’autorisation des autres exigences relatives à votre courrier électronique.
  3. Obligation du WGPD : Conservez une preuve de consentement pour votre correspondance électronique.
  4. La politique RGPD exige que vous simplifiiez le retrait du consentement dans vos e-mails et que vous indiquiez clairement comment le faire.
  5. Examen des pratiques et des autorisations existantes en matière de courrier électronique pour vérifier leur conformité avec le RGPD.

1. Le consentement doit être donné par une action affirmative et ne peut être donné par des cases pré-marquées.

Le consentement n’est valable au titre du GDPR que si le client le confirme activement, par exemple en laissant une case précédemment non cochée. Les cases cochées qui impliquent que le client ne fait rien ne sont pas valables aux termes du GDPR.

2. Conformément au GDPR, séparez les demandes de consentement des autres demandes concernant votre adresse électronique

Le consentement à la correspondance électronique doit être donné volontairement, et uniquement si la personne concernée a réellement le choix de s’abonner ou non à des messages de marketing. Si un abonnement à un livre blanc est requis, par exemple. B. en téléchargeant une lettre d’information, le consentement n’est pas volontaire.

En vertu du GDPR, le consentement à recevoir du marketing par courriel doit être donné séparément.

Ne joignez jamais votre accord à vos conditions générales.

Par exemple, lorsqu’une personne télécharge un guide ou un autre contenu sur le site de Mailjet, elle a la possibilité de s’abonner à la newsletter en cochant une case. L’abonnement est facultatif, vous pouvez télécharger le manuel à tout moment sans restriction. (voir image précédente)

3. Engagement PPPO : Conservation de la preuve du consentement pour votre correspondance électronique

Le GDPR ne se contente pas de définir les règles d’obtention du consentement, mais exige également que les entreprises enregistrent ce consentement.

Dans certains pays, la charge de la preuve du consentement a toujours pesé sur l’entreprise qui l’obtient. Toutefois, pour de nombreux autres acteurs du marché, cette exigence constitue un nouveau défi.

Le stockage de la preuve du consentement (soit dans votre base de données, soit dans un fichier CSV) signifie que vous devez être en mesure de fournir plusieurs éléments de preuve, notamment :

  • Une liste des personnes qui ont accepté.
  • Quand ils ont dit oui.
  • Ce que vous leur avez dit au moment de l’approbation.
  • la manière dont ils ont donné leur consentement (par exemple, lors du passage à la caisse, via un formulaire Facebook, etc.)
  • S’ils retirent leur permission.

Vous pourriez aussi aimer ça : L’impact du GDPR sur le courrier électronique.

4. Le GDPR vous oblige à retirer facilement le consentement dans vos courriels et à indiquer clairement comment le faire

Toutes les grandes lois sur le marketing par courriel exigent que les marques offrent à leurs abonnés la possibilité de se désabonner de la réception de courriels.

Chaque message de marketing que vous envoyez doit comporter une option de désabonnement.

Si vous êtes déjà en conformité avec la loi actuelle, vous ne devrez peut-être pas changer grand-chose à cette exigence de conformité au GDPR.

Cependant, c’est le moment de revoir votre processus d’approbation actuel et de vous assurer que vous suivez les meilleures pratiques :

  • Ne demandez pas de taxe.
  • Ne demandez pas d’autres informations que votre adresse électronique.
  • Vous n’avez pas besoin de vous connecter pour annuler votre abonnement.
  • Demandez aux abonnés de ne pas visiter plus d’une page pour soumettre une demande.

Il est également important de noter que la complexité du processus de suppression est également un facteur important dans les plaintes pour spam. La mise en place d’obstacles à l’annulation peut non seulement compromettre votre conformité à la loi, mais aussi affecter vos statistiques de livraison.

5. Examen des pratiques existantes en matière de courrier électronique et accord pour se conformer au RGPD.

Le GDPR ne s’applique pas seulement aux utilisateurs qui s’inscrivent après le 25 mai, mais à tous les utilisateurs de l’UE qui se trouvent dans votre base de données à un moment donné.

Si vos utilisateurs actuels ont donné leur autorisation d’une manière qui n’est pas conforme aux nouvelles règles (par exemple, si vous utilisez actuellement des champs présélectionnés), vous devez leur demander à nouveau leur autorisation.

Vous pouvez donc suivre les étapes ci-dessous :

  • Affichez votre liste de contacts existants.
  • Vérifiez qui, dans votre liste de contacts, a déjà donné son consentement conformément au GDPR et assurez-vous d’avoir un enregistrement clair de ces consentements.
  • Si vous n’avez pas la bonne autorisation pour certains contacts ou si vous n’êtes pas sûr qu’ils soient éligibles, vous devez lancer une campagne de reconfirmation pour mettre à jour l’autorisation ou supprimer l’abonné de la liste de diffusion.

Pour vérifier votre conformité au GDPR avant mai 2018, vous pouvez toujours répondre à notre quiz en ligne gratuit.

Related Tags:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires